Acte de mariage

L’an mil neuf cent treize, le vingt six avril à dix heures du matin, devant nous Henri SEBILLEAU, Adjoint au Maire de Bordeaux, délégué pour remplir les fonctions d’Officier de l’Etat Civil, ont comparu en l’Hôtel de Ville, pour être unis par le mariage, d’une part, Monsieur Jean Pierre Bertrand, employé de commerce, né à Bordeaux, le dix neuf novembre mil huit cent quatre vingt cinq, (3e 1650), y demeurant, rue Armand Caduc 29, avec sa mère, fils majeur et légitime de Nicolas Ber-trand, décédé à Bordeaux le 13 mars mil neuf cent dix, (3e 289), et de Marie Anne Barbé, sans profession, et d’autre part, Mademoiselle Marie Eugénie Claudon, brodeuse, née à Cirey sur Vesouze (Meurthe-et-Moselle)le treize octobre mil huit cent quatre vingt quatre, demeurant à Lunéville(Meurthe-et-Moselle)avec ses père et mère, fille majeure et légitime de Auguste Claudon, retraité des douanes, et de Catherine Hoffart, sans profession. La future nous a remis son acte de naissance et l’acte de consentement de ses père et mère.
Les futurs déclarent n’avoir pas passé de contrat et reconnaître et légitimer Jean Pierre Auguste, leur fils, né au dit Lunéville le trois février mil neuf cent dix, inscrit comme fils de Marie Eugénie Claudon. Aucune opposition n’a été faite à ce mariage.
Après avoir donné aux parties et aux personnes qui les assistaient lecture des pièces ci-dessus mentionnées et du chapitre six du titre cinq du Code Civil, nous avons reçu des contractants, l’un après l’autre, la déclaration qu’ils veulent se prendre pour époux, et avons prononcé publiquement, au nom de la loi, que Monsieur Jean Pierre Bertrand et Mademoiselle Marie Eugénie Claudon sont unis par le mariage. Dont acte en présence de la mère de l’époux, consentante et de Bernard Vielcazal, trente un ans, négociant, Cour d’Aquitaine 33, Jean Bertrand, cinquante trois ans, chaudronnier à Bègles (Gironde), oncle de l’époux, Désir Bertrand trente ans, employé au midi, rue Armand Caduc 29, frère de l’époux, André Bertrand, employé de commerce, même maison, frère de l’époux. Lecture faite, l'époux, la mère de l’époux, les témoins ont signé avec nous.